Onxeo annonce des résultats intermédiaires positifs de l’étude de phase 1 d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réponse aux dommages de l’ADN

  • Activation soutenue des cibles biologiques dans les cellules tumorales des patients qui confirme l’activité d’AsiDNA™ administré par voie intraveineuse
  • Profil de sécurité favorable, sans événement indésirable grave lié au médicament, ni toxicité limitant la dose
  • La société prévoit d’étendre le programme clinique d’AsiDNA™ en association, dans des indications ciblées dès le premier semestre 2019

La société tiendra une conférence téléphonique en anglais à l’attention des analystes et des investisseurs aujourd’hui à 17h30

Paris (France), 5 novembre 2018 – 7h30 CET – Onxeo S.A. (Euronext Paris, NASDAQ Copenhague : ONXEO), société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de médicaments innovants en oncologie ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers résistants, a annoncé aujourd’hui des résultats intermédiaires positifs des trois premiers niveaux de dose déjà testés sur les six prévus dans son étude de phase 1 DRIIV-1 d’AsiDNA™, l’inhibiteur « first-in-class » de la réponse aux dommages de l’ADN de la Société.

Un total de 10 patients atteints de tumeurs solides avancées ont reçu 112 perfusions d’AsiDNA™ allant de 200 mg (DL1) à 600 mg (DL3). L’administration de la dose 4 (900 mg) est en cours, et l’ensemble des données de l’étude DRIIV-1 est attendu au premier semestre 2019.

Judith Greciet, directrice générale d’Onxeo, a déclaré : « Nous sommes particulièrement heureux d’annoncer ces résultats intermédiaires très convaincants de notre étude DRIIV-1. Au-delà de l’évaluation de la tolérance comme pour toute étude de phase 1, l’étude DRIIV-1 a été conçue avant tout pour démontrer la capacité d’AsiDNA™, administré par voie intraveineuse, à activer dans les cellules tumorales les cibles biologiques impliquées dans les mécanismes de réponse aux dommages présents sur l’ADN. À mi-parcours de l’étude, les données montrent une activation marquée de ces cibles dès le deuxième niveau de dose, ce qui constitue une preuve tangible du mécanisme d’action d’AsiDNA™ chez l’homme. En outre, les résultats indiquent un profil de sécurité favorable d’AsiDNA™ chez une population de patients difficiles à traiter. Ces résultats portant sur la preuve de mécanisme d’action et d’activité confirment le potentiel clinique d’AsiDNA™ dans les tumeurs solides et représentent un catalyseur de valeur important dans le développement de notre candidat-médicament « first-in-class ». »

181105_CP_Onxeo_DRIIV_resultats_mi-etude